Lens : les élèves du lycée Béhal organisent un convoi pour aider l’Ukraine

Accueil / Cité scolaire/ News/ Lens : les élèves du lycée Béhal organisent un convoi pour aider l’Ukraine

Le Phare dunquerquois – Par Gaëtan Berna | 

Lundi 4 avril, les élèves du lycée Auguste-Béhal se sont rassemblés pour charger un camion rempli de dons, direction la ville polonaise de Kozienice, afin d’aider les réfugiés ukrainiens.

Les élèves du lycée Auguste-Béhal de Lens et du lycée François-Hennebique de Liévin ont participé à l’organisation du convoi.

Malgré la guerre, les jeunes élèves du lycée Auguste-Béhal redonnent espoir. Lundi 4 avril, les lycéens se sont réunis pour charger un semi-remorque rempli de dons, direction la Pologne.

Le bureau d’André Szczerba, CPE du lycée, ressemblait à une supérette d’alimentation générale : des dizaines de cartons emballés avec soin par les élèves et leur enseignant Pascal Solarzyk y étaient stockées. L’effervescence animait les volontaires pour vider le magasin… le bureau rempli de dons  : denrées alimentaires non périssables, produits d’hygiène, médicaments et matériel médical.

20 m3 de dons

Les dons, récoltés depuis le 8 mars, ont rempli les 20 m3 du camion à ras bord grâce aux élèves, solidarité oblige. Le véhicule était aussi décoré par les élèves avec des messages de paix et d’amitié.

« Des élèves du lycée professionnel François-Hennebique de Liévin, accompagnés de M. Wozniak, proviseur, et M. Philippe, CPE sont également venus déposer le fruit de leur collecte solidaire. Tous les dons ont ainsi été chargés dans le véhicule aimablement mis à disposition par Laurent Kaszkowiak, directeur de l’entreprise RMS située à Lens, qui, avec l’aide de son réseau d’entreprises, a également contribué à la collecte », confie André Szczerba.

Direction la ville de Kozienice

Le camion est parti le 5 avril en direction de la ville polonaise de Kozienice, plus précisément la Cité scolaire nº1 avec laquelle le lycée Béhal est jumelé depuis quelques années. Le lycée de Kozienice avait lancé de son côté une collecte de dons dès les premiers jours de la guerre ; c’était une occasion de travailler en partenariat et de renouer des liens un peu mis à mal avec la pandémie de Covid.

Le lycée polonais a aussi franchi un pas supplémentaire avec l’accueil dans son internat de réfugiés ukrainiens.

 

Article original